Jeunes

Ceci est la rubrique des « jeunes »,

Disons moins de 35 ans et tous ceux qui se reconnaissent dans cette catégorie.
Envoyez nous vos articles, vous aurez du plaisir à lire ceux de vos cousin(e)s:

contact@lien-thiors.fr

De l’usage de FAMILEO

ou comment faire plaisir aux grands parents en leur donnant aisément des nouvelles familiales au moyen d’un petit journal partagé.

De : Marie P Malphettes <mariep.malphettes@gmail.com>
Envoyé : mercredi 6 mars 2019 17:57
À : nicolasbrillaud@gmail.com
Objet : Re: Suite au bulletin du Lien n° 129 et pour information

Chers cousins, oncles et tantes

Je suis Marie Pascale, fille de Claire Browne, fille d’Edmond et Suzanne Brillaud. Avec tous les cousins germains de cette branche nous avons commencé à utiliser Famileo. Peut-être savez vous ce que c’est, nous avons découvert cela en novembre et commencé en février?

c’est une application qui nous permet de rassembler sur un site internet des photos et des petits messages pour légender les photos, mais aussi des petits articles donnant des nouvelles familiales ; on peut en envoyer jusqu’à 30.

Chaque mois, le site se charge d’envoyer à notre grand-Père une petite gazette papier avec toutes nos photos et nos articles, ce qui lui a fait très plaisir. Il a comme cela de nos nouvelles et chacun utilise le média qui lui convient : nous, le numérique et lui, le papier.

Je me disais que ce serait intéressant que d’autres personnes de la famille élargie connaissent cette application pour en faire bénéficier d’autres destinataires.

Voudriez vous voir le pdf de la gazette du mois dernier ?

A bientôt,

Marie Pascale

Note de la rédaction : nous mettrons en ligne avec plaisir les PDF reçus de la famille d’Edmond Brillaud, mais aussi tous les « Famileo » que voudront bien nous envoyer les autres cousins qui utilisent cet excellent moyen.

Julien Guépin nous avait fait part de son projet « solidarité Pérou » avec les Scouts de France.

Voici son compte rendu:     CR Pérou

_

De Loïc Brillaud K05.5.2. Argentin pour l’année scolaire 2011-2012

Buenas!!

Me voila de retour à Buenos Aires après 2 mois de voyage en passant par Ushuaia, la Patagonie, Iguazu, l’Uruguay, le Nord Ouest Argentin, la Bolivie et le Pérou jusqu’au Machu Picchu. Je vous envoie quelques quelques extraits dans le désordre de cette épopée

Chapitre 1: Le Huayna Potosi, Bolivia, 6088m:

De passage à La Paz, on se cale dans une auberge de jeunesse qui propose des treks dans la région. On décide de se monter un 5600m (facile, le départ se fait à 5300m, montée régulière, peu de neige). La veille au soir, je rencontre un guide qui monte un 6000m le lendemain, on commence a discuter et il me fait bien rever mais me dit qu’il est pas si facile… Banco, et tant pis pour le 5600m!! Je prépare mes affaires, il me prête du matériel, départ prévu le lendemain a 5h30 de La Paz!

Plus tard dans la soirée, je commence à me sentir mal, le bide en vrac, impossible de manger quoi que ce soit, l’eau de La paz m’a terrassé… Dure nuit, réveil difficile, je suis toujours autant en vrac mais bon je pars quand meme. On arrive en 4×4 au campo base a 8h a 4800m, on attaque l’ascension. Au programme du jour: 300m sans neige. Ca monte sévère, le rythme est très lent mais j’ai presque du mal a suivre, ça m’attaque un peu le moral mais je sais que la journée est courte. Après 2h de montée, on arrive sur un caillou où le refuge du Campo Alto a été installé. A 5130m, on est encore dans les nuages mais parfois, le ciel se déchire et laisse apercevoir les sommets voisins, c’est magnifique!! L’ambiance dans le refuge est irréelle: Les murs sont remplis de messages dans toutes les langues, des messages qui donnent plein de courage et d’envie d’en découdre!
Je dois récupérer, je dois dormir, mais je dois surtout essayer de manger sinon la montée dans la nuit va être un calvaire! Je fais une fin de journée au top de l’efficacité:
11h-12h Sieste
12h-12h30 Je mange 5 pâtes et un demi gateau sec
12h30-17h Sieste
17h-17h30 Diner, j’arrive à manger une assiette ( Ca semble insignifiant mais c’est une grande victoire personnelle^^)
17h30-Minuit Sieste

C’est là que les choses sérieuses commencent: Départ prévu à 1h, il faut s’équiper et manger un coup. Tout le monde est au taquet, tous ceux qui sont là (Suisses, Australiens, Japonais, Autrichiens) ont déja fait au moins des 5000m, je suis le seul touriste à n’être jamais monté plus haut que 3400m, et encore c’était à l’Alpe d’Huez en téléphérique^^. J’ai vraiment la pression parce que j’ai aucune idée de ce qui m’attend. On est 5 cordées de 3 ou 4 à partir.

0h58: Ca part, les conditions sont parfaites: Pas de vent, pas un nuage! Je suis le dernier de cordée, devant moi, un Japonais qui a le mal de l’altitude depuis Campo Base, et notre guide Bolivien en tête. On part en crampons car on attaque la neige direct et ca attaque très fort, jusqu’à 5400m ca monte à 50%. C’est long, très long… la montée semble infinie et j’essaie le plus possible de chasser l’idée de faire demi tour de mon esprit. On fait quelques pauses mais on se retrouve assez vite en tête des cordées de la nuit.
A 5400m, la pente se calme et mes sensations sont enfin bonnes, youpi! La vue sur La Paz de nuit est impressionnante et le ciel est toujours aussi pur. On continue à monter petit à petit, le moral est bon!
A 5600 on arrive en bas d’un mur de glace, il va falloir monter au piolet: Il faut prendre son temps mais ça n’a rien de compliqué, au contraire, ça change un peu et ça fait du bien.
A 5700 on repart à pied, le sommet se rapproche mais il en reste un bon morceau, et ça semble raide, bah, on verra… Le Japonais souffre terriblement de l’altitude, le guide veut qu’il redescende mais il refuse. Après une bonne engueulade entre les 2, on repart et on atteint alors les 5900m. Je sens que je mets tout ce que je peux dans chaque pas mais ca devient dur. Le manque d’oxygène commence à me faire perdre ma lucidité et je divague un peu.
A partir de là, on monte à flanc de montagne sur une trace très étroite et le chemin se raidit. Un pas… 3secondes… un autre… 3 secondes… le coeur bat à fond mais je suis incapable d’aller plus vite.
A 6000m, on vire à gauche face à la pente et on grimpe en s’aidant des mains, la frontale devient inutile, on sent le sommet très proche mais la pente dépasse les 100% à présent, c’est dur mais on y est presque!!! On arrive sur la crête, plus que 50m à monter. Le chemin fait 20cm de large, à gauche 300m de vide, à droite, un petit monticule de neige pour planter le piolet et un apic de 1200m. Il faut regarder droit devant soi et viser le sommet…
6086…6087………6088m!!!! Tadaaaaa!!! Enfin le haut!! La vue est merveilleuse, le soleil va se lever. Après 5h30 d’ascension et d’efforts, le paradis est là: Une mer de nuages cache le plateau de La Paz mais laisse ressortir les quelques sommets avoisinants éclairés par la douce lumière rouge du matin. L’ombre du Huayna Potosi se décale peu à peu et dévoile le lac Titicaca, immense! Les autres cordées nous rejoignent, tous sont épuisés mais heureux!!

Après 45min au sommet, malgré mes 7 couches, le froid nous attaque donc on entame la descente avec la cordée d’Australiens. La crête est vertigineuse face à la pente, je glisse plusieurs fois mais le guide nous assure bien. Le jour est déja bien levé et le temps est parfait. La descente est agréable jusqu’à 5500m car la vue est énorme mais la fatigue nous rattrape, on a hate d’en finir, vivement l’arrivée au Campo Alto pour poser tout ce lourd attirail. La neige devient collante et s’accumule sous les crampons (parfois plus de 20cm) et provoque plusieurs chutes mais sans gravité.
A l’arrivée au Campo Alto à 5130m, je me débarrasse enfin de mon matériel et je n’ai plus une goutte d’énergie. Mais l’essentiel est là: We did it!!!!
La cordée d’Australiens arrive 30min après nous, pourtant elle nous suivait jusqu’à 5400m: En fait la jeune Australienne a eu une défaillance en fin de descente et a fini sur le dos d’un guide, elle avait tout donné! Dans le même genre, un des Autrichiens a déliré dans la fin de montée et nous assure qu’il n’a aucun souvenir de 300m d’ascension soit 1h30 évaporés!!!

Bref, c’était génial!!!!!!


Loïc BRILLAUD
Fifth year student
Arts et Métiers ParisTech &
Facultad de Ingenieria, Universidad de Buenos Aires
Tel: (+54) 11 40 76 20 05

_

Le Ptit Lien

rédigé par Inès Brillaud (I04.4.2.2) et Alix Herande (I04.4.3.1):

Pas de commentaire

No comments yet.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Leave a comment

WordPress Themes