Défis Aventures

Les défis des cousins

Nous sommes avides de recevoir des articles sur de nouveaux défis, en attendant, nous vous donnons des nouvelles des défis en cours.

Coline GAULTIER nous fait part des aventures et découvertes de voyages de Brieuc Gaultier (N.04). Actuellement (juillet 2018) il est à Madagascar (depuis le 25 mai). La semaine il est au urgences, il assiste les chirurgiens, il soigne les lépreux etc… et le week-end il est libre et en profite pour se balader et découvrir les alentours.

Cliquez sur son journal

journal de Brieuc Tome 1.

journal de Brieuc Tome 2.

journal de Brieuc Tome 3.

Voici l’appel de Jean Frechet (J.02), l’un de nos jeunes cousins (21 ans), qui s’engage à compter du mois d’août comme que volontaire de longue durée avec les Missions Etrangères de Paris (MEP).
Cliquez sur on message ci-dessous: Il vous dit sa motivation et donne les informations utiles.
Merci de lui réserver votre meilleur accueil.…

Projet Jean Frechet VLD

Les cousins ont du talent

Les cousins ont du talent, c’est certain ! Mais les amis des cousins, ont aussi beaucoup de talent.
Après une vie professionnelle bien remplie, j’ai pris des responsabilités dans une association dénommée « Musiques au Pays de Pierre Loti », association créée en 2004 par un tout jeune chef d’orchestre ayant des ascendances oléronaises.
Pourquoi ce choix ? Très simple ! L’objectif principal de diffuser, dans ce pays très rural, musique classique et littérature, me plaisait et en outre, Nadine, mon épouse est l’arrière-arrière-petite-nièce de Loti. Pierre Loti est enterré dans le jardin de la maison familiale, où nous nous sommes mariés et où nous avons organisé un Lien en 1996.
Cette année, nous ouvrons le 19 mai, la 14ème édition du festival. Pendant une semaine entière, le festival explorera les extrémités du globe de l’Amérique au Japon, grâce notamment à deux artistes majeurs : François Dumont (pianiste) et Mathias Enard (romancier). L’autre moment fort du festival, sera les 2 représentations de Manga-Café, opéra du 21ème siècle inspiré d’un fait divers japonais. Cet opéra sera donné en miroir de l’opéra Trouble In Tahiti de Bernstein, dont nous célébrons cette année le centenaire (Rochefort les 23 et 24 mai).
Alors, si vous êtes intéressés, n’hésitez pas à visiter notre site (https://www.festival-mppl.com/) et à venir nous voir à Oléron ou à Paris au théâtre Athénée Louis-Jouvet (du 8 au 14 juin). Tout soutien nous sera précieux
Pierre BELIGNÉ (L.06)

Un beau projet de Thomas Hénoux (K-03)

Thomas-Henoux

Le 11 juin 2016

Chers cousins,
Je sollicite aujourd’hui votre appui pour développer un centre    agro-touristique à Chaughada, au Népal, qui permettrait  d’atteindre un modèle économique pérenne tout en assurant une  autonomie alimentaire aux paysans.

Eureka Organic Land est un projet qui se base sur les principes de la permaculture

avec des formations à l’agriculture biologique et à la productions de semences.

Aujourd’hui, je fais appel à vous pour m’aider à développer et pérenniser ma ferme agro-touristique.

En échange de votre contribution, je vous propose des contreparties sympas et pour tous les goûts : 4 nuits chez EOL à Chaughada, des formations permaculture ou encore votre nom donné à une serre de la ferme !

J’ai besoin de vous pour parler, transférer et relayer cet email à tout ceux que vous connaissez et qui seraient prêts à m’aider. Postez-le sur votre page Facebook pour vos amis ou imprimez-le pour le montrer à votre grand-mère qui n’a pas internet !
Je n’ai que 60 jours pour atteindre cet objectif. J’ai besoin que vous soyez tous derrière moi pour continuer à croire que vous avez confiance en moi et en mon projet.

J’ai choisi Blue Bees, la plateforme de finance participative dédiée à l’agro-écologie, pour financer mon projet. Sans vous et cette campagne de prêt participatif, EOL devra cesser son activité…

Pour en savoir plus :
Site internet
Page Facebook

Merci pour votre soutien

Attention au 20 juin 2016, date de mise à jour de cette page, Il ne reste plus que 36 jours, à Thomas pour rassembler les fonds nécessaires pour le 1er palier et, si possible, les suivants.

N’hésitez pas à souscrire dès maintenant à son projet!

10 juin 2015: Nathanaël Valentin (O-01), nous fait part de son projet humanitaire avec un groupe d’amis étudiants, anciens scouts, de traverser l’Europe en 4L  (le début de l’opération étant prévu à l’issue de JMJ le 25 juillet 2016).

Découvrez leur projet en cliquant sur le lien suivant

http://www.4trailofhappiness.com

Nous espérons recevoir de leurs nouvelles en cours de route, et publierons les compte-rendus de leurs découvertes, notamment au contact des migrants qu’ils chercheront à rencontrer.

Le dernier défi de Véronique Brillaud: le Marathon des Sables du 8 au 18 avril 2016

A la mise à jour de cette page, nous pouvons écrire qu’elle l’a fait!

Bravo Véronique.

Merci aux donateurs de la part de l’Arche!

Si vous avez raté le suivi de ce défi, allez sur le Blog de Véronique en cliquant sur le lien suivant.

mail reçu à la rédaction le 8 janvier 2016

Et tout d’abord, Très Bonne Année 2016 !
Moi la nullissime en informatique j’ai relevé mon premier défi de l’année !
A savoir, la création de mon blog « Marathon Des Sables » qui sera actif pendant toute ma préparation et ma course au mois d’avril.
Si j’ai créé ce blog ce n’est pas tant pour parler de moi mais pour faire connaitre l’Arche en Pays Toulousain et leur beau projet de créer une maison pour accueillir des handicapés en rupture avec la société.
Ils ont besoin de dons.
C’est pourquoi je m’associe avec eux pour vendre mes km de course : plus de 250 km d’après le directeur de course qui a annoncé récemment que l’édition 2016 serait la plus longue de l’histoire du Marathon Des Sables ( ça en revanche, ça m’emballe un peu moins ?…)
Une page de collecte sera ouverte sur le blog fin janvier.
Merci de diffuser largement le lien de mon blog si vous le pouvez autour de vous: famille, amis …
L’Arche vous remercie par avance de votre générosité!
Et moi je vous embrasse en vous disant à très vite sur:
Véronique.

DEFI MONT-BLANC

 

Le dimanche 30 août, je touche la ligne d’arrivée d’une course mythique pour tous les coureurs de trail, l’Ultra Trail du Mont-Blanc, 170 km autour du massif du Mont-Blanc…

Quelle joie! Une course que j’ai eu la chance de pouvoir en très bonne compagnie, grâce au soutien de beaucoup de gens ! Tout d’abord, Javi mon conjoint, les enfants, la famille, les amis et tous ceux qui ont soutenu le défi pour les Maladies Rares !

Début 2015,  en voyant que j’ai obtenu les points me permettant de m’inscrire, je décide de me lancer un défi et courir cet Ultra avec un dossard solidaire pour aider la Fondation des Maladies Rares. J’aime l’idée de pouvoir soutenir une cause et faire connaître la lutte contre les Maladies Rares qui touchent de nombreuses personnes qui ne peuvent pas faire du sport comme moi.

José María Merchan sponsor et entraîneur pour le défi,  s’engage à m’entraîner dès le premier jour. La tâche n’est pas facile car dès le départ, j’aprrends que je ne peux pas courir et cela dure 3 mois et demi! Les entraînements de course commencent seulement 10 semaines avant la course…  De mon côté, je joue le jeu mais j’ai des gros doutes. Comment vais-je pouvoir courir ces 170km, en entraînant seulement 10 semaines…. ?

Mais mon entraîneur ne me lâche pas, m’encourage, me dit que tout va bien se passer, qu’il n’y a pas de problème ! Cette semaine, nous allons avoir une semaine de volume… la suivante, autre semaine de volume… pratiquement jusqu’à la date de la course en fait ! Mais mon corps suit et je suis motivée par tous les messages de mes proches et sponsors !

Comment vous raconter une course aussi longue et impressionante?

Rappel du profil technique.

Profil : 170km, 10000D+ / 10000D-

Parcours : Tour du Massif du Mont-Blanc, en passant par l’Italie et la Suisse.

2300 Participants de + de 80pays

Départ : Chamonix (France) le vendredi 28/08 a 18:00

Temps imparti: 4 6 heures

Matériel obligatoire : beaucoup!  Comment vais-je faire pour courir avec un sac à dos qui pèse autant?

Etapes : beaucoup! Au total 17 points de ravito

La remise des dossards : moment impressionnant. Nous devons traverser le Salon du Coureur, immense avec de nombreux stands de matériel. Je n’achète rien car de toutes façons je suis venue avec une valise cabine pleine à craquer !

En tous cas, je viens comme une touriste, car j’arrive sans le sac à dos qui, doit être déjà vérifié avant le départ. Je dois donc revenir l’après-midi, ce qui veut dire pas de sieste aujourd’hui! Organisation parfaite, avec très peu de queue et beaucoup de volontaires pour aider.

Le matériel est vérifié à la loupe… un T-SHIRT de montagne acheté spécialement pour l’occas ne passe pas car il ne pèse pas les 180g réglementaires…. Je dois donc rajouter un coupe vent…

Vendredi, j’arrive au départ bien stressée mais tous les doutes que j’ai pu avoir jusqu’à présent disparaissent. Maintenant, cela ne sert à rien. Je veux commencer maintenant… Commencer cette grande Aventure!

Sur la ligne de départ, on voit les glaciers . Un soleil magnifique. Quelle chance ! C’est bon signe pour la nuit qui nous attend… il ne va pas faire aussi froid que ce que j’imaginais. Tant mieux pour moi, la sudiste !

Quelqu’un m’avait dit que les premiers km ne pouvaient pas se courir, compte tenu du nombre de participants… Mais pas du tout ! Au bout de 200-300m, je commence à courir et je suis emportée par un flot de coureurs japonais qui semblent oublier qu’il nous reste encore beaucoup de km… j’essaye de ralentir un peu le rythme !

Il y a du public sur plusieurs km, c’est impressionnant! Nous commençons à grimper et il semble y avoir des gens pour animer, partout ! Nous arrivons rapidement au premier ravito. Cloches de vaches, casseroles, cuillères, tout est bon pour faire du bruit sur notre passage ! C’est sympa ! La première montée à une station de ski et descente ensuite sur Saint-Gervais est top. J’essaie de ne pas aller trop vite et de ne pas m’emporter pour garder les jambes fraîches pour la suite.. Les descentes peuvent être criminelles pour les jambes ! Je vais en avoir besoin jusqu’à l’arrivée!

J’arrive à Saint-Gervais en forme et là-bas c’est la grosse fête ! Tout le village semble présent. Les organisateurs et volontaires sont très sympas. Je reste peu et repars vers les Contamines où m’attendent Javi, ma sœur et une amie. C’est déjà la nuit. J’arrive sans problème.

Maintenant, je sais que je dois passer la nuit sans voir personne car la zone que je vais passer jusqu’en Italie n’est pas accessible en voiture. Nous nous verrons à Courmayeur en Italie.

La nuit est magique. C’est la pleine lune. Beaucoup de montées, des montées très longues mais j’adore la ribambelle de lumières devant et derrière. Je ne cherche pas à aller vite. Surtout dans les descentes parce que je ne veux pas tomber. Mais je profite vraiment. Vers 4h du matin, je note la fatigue, mais après un café et un verre de coca, je repars sans problème ! Vers 6h du matin, je me mets à discuter avec une anglaise. C’est sympa parce qu’il fait plutôt froid et nous courons un moment sur une piste ennuyeuse.  Nous arrivons en Italie. Les paysages sont splendides et l’aube me donne de l’énergie.

J’arrive à Courmayeur, très en forme. J’ai la joie de retrouver ma sœur à l’entrée du village. Nous courons ensemble jusqu’au ravito et là Javi est là pour m’aider : Changement de baskets, crème, bien boire, bien manger, on est parti !

Je n’ai toujours pas dormi…. Et je le paie dès la première montée, plutôt exigeante. Elle me semble interminable, Au ravito suivant, je m’arrête et je dors 10 min pile sur un banc, pas très large… je ne veux pas dormir plus de peur de ne pas pouvoir redémarrer après. Il semble que c’est le bon choix ! ces 10 minutes m’aident beaucoup . Je le referai 2 fois jusqu’à l’arrivée.

Je continue la course sans savoir très bien combien de km il reste ou le rythme que je suis. Je ne calcule rien. La seule chose qui m’importe c’est de savoir le nombre de km qui me séparent du prochain ravito. En tous il y a 17 ravitos et j’en ai déjà passé plusieurs ! Je ne cherche pas plus loin. Si je me mets à penser aux km qui restent, je déprime… Je ne veux pas perdre d’énergie supplémentaire et je ne veux en aucun cas avoir envie d’abandonner… Par contre, il est clair qu’à certains moments, je rêve de m’allonger par terre pour dormir une sieste bien méritée… je vois des pierres qui ont l’air très confortables ! Mais je résiste à la tentation et je poursuis mon chemin.

Je profite beaucoup du paysage : montagnes, glaciers, vallées, vaches, rivières, forêts… et surtout  du temps parfait : soleil, peu de nuages, peu de vent… incroyable à cette date-là !

Juste avant la seconde nuit, je me mets à courir, avec Jean-Baptiste, un coureur français du coin et nous décidons de courir ensemble toute la nuit. Au cours d’un ravito, je peux « dîner” rapidement avec ma famille et cela me donne du courage! Mon estomac a de plus en plus de mal à digérer et j’ai du mal à manger. Je ne supporte plus la vue des barres de céréales, le sucre ou autres aliments rapides. Je me contente de boire du bouillon et du coca.

Nous continuons motivés, sachant que maintenant nous avons 3 bonnes montées qui nous attendent!

La première montée, bien… nous arrivons ok.

Deuxième montée, une vraie jungle : rochers, racines, traversées de rivières, elle semble interminable. C’est pas si mal, parce que cela nous tiens éveillés ! Tous ces cailloux nous obligent à être vigilants ! La descente pas top mais bon, après tant de descente, je ne suis plus très impressionnée. On continue.

La dernière montée dure, arrive. Elle est longue, très longue mais facile car c’est un sentier raide mais sans difficultés. Aucun problème. Je suis étonnée de pouvoir résister aussi bien. Enfin, arrive l’aube et la dernière étape : 18km jusqu’à Chamonix.

Nous retrouvons deux amis de Jean-Baptiste et Javi qui vient de passer une nuit à me suivre… Il est aussi fatigué que moi je crois !

En partant, Jean-Baptiste est fatigué. Moi, pas encore… mais cela arrivera rapidement… J’ai maintenant envie d’arriver et je sens que le sommeil m’envahit. J’écoute Javier mais n’arrive plus à lui répondre de façon cohérente.  Quand on arrive à la Flégère, je suis vraiment très fatiguée.

La descente sur Chamonix me paraît interminable et d’ailleurs, il semble que nous ne descendons pas ou à peine ! Quand j’arrive sur le goudron, on me dit «  il reste seulement 2 km ! »

Quelqu’un me crie «  Bravo ! Et maintenant profite de ce moment ! Profite »

J’avoue que je n’ai qu’une envie, c’est arriver mais je me mets à courir plus vite. Il y a de plus en plus de public… Maintenant les rues sont pleines et c’est impressionnant de voir autant de gens encourager.. 500m avant l’arrivée, ma famille et mon amie se joignent à nous ! C’est top !

Et voilà, 41h !!!!!… c’est beaucoup, pas très rapide mais je peux dire que j’ai vraiment pu profiter et surtout savourer ces moments d’effort qui grâce au dossard solidaire pourront apporter un mieux être à ceux qui ne peuvent pas courir !

J’arrive à Chamonix, très fatiguée mais sans aucune blessure, avec des souvenirs pour de nombreuses années. Courir pour ceux qui ne peuvent pas et avec ceux qui ont participé à ce défi, ça a été une grande chance pour moi, car je me suis sentie soutenue à tous moments et je n’ai pas douté un seul instant !

Merci donc à tous mes supporters, sponsors, entraîneur, famille, amis qui m’ont soutenu. Voilà une expérience que je suis heureuse d’avoir pu partager et qui je l’espère apportera au plus grand nombre !

Maintenant, période de repos obligatoire et peut-être à bientôt pour la prochaine aventure !

Je vous embrasse tous !

Blandine

Cliquez sur le logo PDF pour charger l’article complet
accès au document

BLANDINE GUEPIN se prépare à courir l’UTMB

Chers Cousins,
Chère Famille, Chers Amis
 J’aimerais vous présenter un projet qui me tient à coeur et que je souhaite réaliser cette année :
Le Défi Mont-Blanc  : Courir pour ceux qui ne peuvent pas
 J’ai décidé de participer à l’UTMB, une course de montagne ULTRA TRAIL du Mont-Blanc, la dernière semaine d’août, avec un dossard solidaire pour la Fondation des Maladies Rares
Cela signifie que, en plus des frais d’inscription, du voyage et du matériel nécessaire, je dois réunir un don de 2000€ pour la Fondation.
 
Pourquoi ce projet?
 L’idée est de pouvoir aider les personnes atteintes d’une Maladie Rare et n’ont pas la chance de pouvoir se déplacer et bouger comme elles le souhaitent. Marcos, un ami déficient visuel, atteint d’une maladie rare qui lui fait perdre la vue progressivement, m’a montré que pour obtenir ce que l’on souhaite, il faut se bouger et lutter. Nous les coureurs de fond, nous le savons aussi…
DE QUEL SOUTIEN AI-JE BESOIN?
Pour ce projet, j’ai besoin en premier lieu du soutien de beaucoup de monde et surtout du vôtre!
Cela peut se faire au travers de dons volontaires pour la Fondation (http://www.sponsorise.me/projet-defi-mont-blanc-courir-pour-ceux-qui-ne-peuve ), soutien technique (matériel, conseils entraînements, idées, contacts de sponsors éventuels….) et diffusion à toutes les personnes que vous pensez qui pourraient être intéressées par le défi.
 De cette façon, nous pourrons faire mieux connaître ces maladies et aider la recherche à trouver des traitements efficaces!
Je vous laisse découvrir le projet présent sur 
Merci d’avance pour vos efforts! J’attends aussi vos idées et commentaires!
Je vous embrasse bien fort!
 Blandine
 PS : Vous recevrez bien sûr un reçu fiscal pour tous les dons qui seront faits à la Fondation Maladies Rares.
 –

TRANSQUADRA

Philippe Brillaud est arrivé à bon port en Martinique .

Deuxième étape Madère – Martinique du 24 janvier au 9 férier 2015
Cliquez ici pour lire le carnet de bord    –   Carnet de bord
.
première étape: Saint Nazaire – Madère
voici en avant première, et avant de réaliser un montage plus élaboré, une petite vidéo de quelques bons moments filmés avec mon téléphone:
 .

Diagonale des fous: Véronique Brillaud 

(et Bientôt un nouveau défi: le Marathon des sables est en projet – ndlr)

Incroyable ! Je n’en reviens pas ! J’ai réussi !

Revenons 10 ans en arrière :

En 2003, je commence à courir parce que je trouve que je m’encroûte. Je souffle comme une baleine en montant la Rhune en 2 heures. Je vais avoir 40 ans et je décide de me prendre en main. Je me fixe un objectif, pour la motivation c’est bon ! Faire la course de la Rhune au mois d’août.

Bon, c’est parti !

Toute fière, je pars faire mon premier footing. 20mn plus tard je suis exsangue, assise sur le trottoir, j’en peux plus, je rentre à la maison en marchant…. C’est pas gagné, mais je vais m’accrocher !!! 2 entrainements par semaine et au bout de 6 mois j’arrive à courir 1 heure sans m’arrêter.

Course de la Rhune : 13 km, un aller-retour de la place d’Ascain jusqu’ au sommet de la Rhune 900m plus haut. Je la termine en 2h07 c’est-à-dire carrément en fin de peloton, mais je suis fière, j’ai réussi mon objectif.

C’est à partir de ce moment-là que commence vraiment ma vie de coureuse.

En 2004, je m’inscris sur des 10 kms et à partir de là, je vais doubler la distance tous les deux ans. En 2006, ce sont les 20 kms de Paris et en 2008 mon premier marathon, le marathon de Paris, en 4h25, pas de quoi pavoiser mais bon, j’ai atteint mon objectif.

Bon, ça, c’est fait !

En 2010, je découvre l’Ultra Trail, un mélange de course et de montagne. J’arrive au bout du Grand Raid des Pyrénées (80 km 5000m D+). J’ai adoré. Je l’ai fait en 18h pour 25h imparties et j’estime donc que j’ai une marge de manoeuvre pour aller au-delà et tenter les 160 km….

En 2012, je m’aligne au départ de l’UTMB mais les conditions météo épouvantables obligent les organisateurs à réduire le parcours à 110 kms… je reste un peu sur ma faim et c’est pour ça que je m’inscris à la Diagonale des Fous. Au moins la neige ne viendra pas perturber la course… Du moins je l’espère.

Allez, c’est parti !

Lire l’article en cliquant ici

Coline Gaultier (N.04) – « 5 continents, 5 marathons »

Odile Force (N.06) nous transmet un article, à lire dans le bulletin N°119, à propos du défi incroyable de sa jeune cousine Coline Gaultier accompagnée de son chien Ego.

A retrouver aussi sur le site internet http://www.pompier-raid-aventure.com/.

Bravo et tous les encouragements du Lien.

Philippe Brillaud va traverser l’Atlantique à la voile en course

Ce sera la Transquadra en juillet 2014, en Duo avec Alain Rougeulle cousin de Caroline, sur un voilier de 11 mètres.

                  Site internet de la Transquadra: 
                   Concurrent N° 235
                   Cliquez sur l’image
 
 
 
 
 
 
 
 
 
– Tout savoir sur le projet
Lettre Défi-Transat N°1
Lettre Défi-Transat N°2
Lettre Défi-Transat N°3
Lettre Défi-Transat N°4
Lettre Défi-Transat N°5
Lettre Défi-Transat N°6
Lettre Défi-Transat N°7
Lettre Défi-Transat N°8
 
 
 




-

Pas de commentaire

No comments yet.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Leave a comment

WordPress Themes